APPEL A COMMUNICATIONS

Journée d'Etude organisée par le LERMA (Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone, EA 853)

Aix-Marseille Université

 

 

Cette journée d'étude interdisciplinaire a pour objectif de mettre en lumière le rôle des big magazines en matière de production, de publication, de distribution et de réception de la littérature américaine entre 1880 et 1960.

Dans le champ des études modernistes, l’intérêt porté à la question des relations entre modernisme et production périodique est loin de représenter un phénomène nouveau. Depuis une trentaine d’années, les recherches menées sur le rôle des « petites revues » ont ainsi contribué à faire de la revue non plus un « simple contenant de bribes d’informations concrètes », mais un « objet d’étude à part entière », au même titre que le livre individuel (Latham, Scholes).

Pourtant, l’étude de ce champ a quelque peu faussé le regard critique sur les liens entre publications périodiques et pratiques modernistes. En s’intéressant de manière quasi exclusive aux little reviews, on a eu tendance à cloisonner la réflexion en isolant ce type de publication périodique des autres magazines de l’époque (notamment les magazines pulps, traditionnellement associés à la culture lowbrow, et les « grandes » revues—aussi appelées slick, smart, mainstream ou big—associées à la culture middlebrow). Ce faisant, on a également relégué ces derniers, dans le meilleur des cas, aux confins nébuleux de la sphère culturelle moderniste. Ce n’est que récemment que nous assistons à un changement d’orientation : une analyse approfondie des relations institutionnelles entre modernisme littéraire et culture mainstream dans des magazines middlebrow comme Life (première mouture) ou des revues smart, comme The Smart Set, Vanity Fair ou The New Yorker, a permis de mettre au jour une véritable dynamique fondée sur les associations, les croisements et les échanges.

Dans le sillage du renouvellement de ces approches, cette conférence vise à élargir l’étude des liens entre la littérature américaine et la presse magazine mainstream en attirant l’attention sur « des publications périodiques qui, par-delà leur éclectisme, témoignent d’une même volonté, non seulement d’augmenter leur chiffre de ventes, mais aussi d’élargir leur lectorat en misant davantage sur leur style textuel et visuel que sur leur seul contenu » (Harris, 6). Le terme « presse magazine » recouvre un large éventail de revues (Harper’s, Scribner’s, Saturday Evening Post, Atlantic Monthly, Reader’s Digest, Life ou encore le Time d’Henry Luce) unies par leur ambition de s’adresser à un large public à l’échelle nationale et, pour la plupart d’entre elles, d’influencer les goûts culturels, littéraires et politiques de la classe moyenne. À ces publications viennent s’ajouter d’autres revues à l’envergure nationale mais aux politiques éditoriales davantage circonscrites car dictées par des critères idéologiques (McClure’s), ethniques (The Crisis) ou genrés (tels Munsey’s ou Ladies’ Home Journal pour la presse féminine et Esquire et ses successeurs, notamment Playboy, pour la presse masculine).

Nous souhaitons mettre en lumière les interactions entre ces revues et les préoccupations littéraires et esthétiques du modernisme. La période choisie couvre 80 ans, de la naissance de la presse à grand tirage et du « magazine sous sa forme moderne » (Scholes) à l’avènement de la télévision comme média de premier plan et le déclin consécutif du magazine comme « principal vecteur culturel aux États-Unis » (Ohmann, 29). Au regard de l’importance des influences transatlantiques (on pense par exemple aux liens entre Condé Nast et Lucien Vogel, le créateur de Vogue France en 1920, ou encore au rôle de Vu dans la création du deuxième Life en 1936), nous souhaiterions également examiner la production périodique française sous l’angle transnational et transatlantique.

La réflexion pourra s’articuler autour des questions suivantes :

  • parallèles, intersections, croisements et échanges entre petite revues, magazines middlebrow et magazine pulps ;
  • influences sur la production littéraire (formes, contenus, imagination) ;
  • rôle des magazines sur la creative nonfiction ;
  • rôle des magazines en matière de préoccupations financières et commerciales et de politiques éditoriales ;
  • liens, interactions et réseaux (écrivains, éditeurs, rédacteurs et agents) ;
  • construction de « milieux littéraires complexes » (Ohmann) ;
  • le style comme outil de promotion ;
  • liens avec le phénomène de la célébrité et l’émergence de la celebrity culture ;
  • entretiens, portraits et rôle culturel de l’écrivain ;
  • rôle des magazines dans l’institutionnalisation et la professionnalisation de la littérature ;
  • croisements et échanges transatlantiques.

 

Cette liste n’est pas limitative.

 

Bibliographie

 Brooker, Peter and Andrew Thacker, ed., The Oxford Critical and Cultural History of Modernist magazines. 2. North America, 1894-1960, and vol. 3, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Brown, Erica, and M. Grover, Middlebrow Literary Cultures, The Battle of the Brows, 1920-1960 (New York: Palgrave Macmillan, 2012).

 Hamilton, Sharon, ‘American Manners: The Smart Set (1900-29); American Parade (1926)’, in The Oxford Critical and Cultural History of Modernist Magazines: volume II: North America 1894-1960, ed. by Peter Brooker and A. Thacker (Oxford: Oxford University Press, 2012), pp. 224-48.

 Hammill, Faye, and Mark Hussey, Modernism’s Print Cultures, London, Bloomsbury, 2016.

 Harris, Donal F., On Company Time. American Modernism in Big Magazines. New York: Columbia University Press, 2016.

 Latham, Sean, and Robert Scholes, “The Rise of Periodical Studies,” PMLA 121 (2006): 517-531.

 Mansanti Céline, “Mainstreaming the Avant-Garde: Modernism in Life Magazine (New York, 1883–1936),” Journal of European Periodical Studies, 1.2 (Winter 2016): 113–28.

Morrisson, Mark S., The Public Face of Modernism. Little Magazines, Audiences, and Reception, 1905–1920, University of Wisconsin Press, 2000.

Ohmann, Richard, Selling Culture. Magazines, Markets and Class at the Turn of the Century, London, New York: Verso, 1996.

 Rubin, Joan Shelley, The Making of Middlebrow Culture (Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1992).

Scholes, Robert, « Afterword », Little Magazines and Modernism: New Approaches, Suzanne W. Churchill, Adam McKible, ed., Aldershot : Ashgate, 2007.

Stead, Evanghélia, “Reconsidering “Little” versus “Big” Periodicals,” Journal of European Periodical Studies, 1.2 (Winter 2016): 1–17.

Tadié, Benoît, Céline Mansanti et Hélène Aji, dir., Revues modernistes, revues engagées (1900-1939), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011. 

 

 

   

COMITES D'ORGANISATION ET SCIENTIFIQUE

Conférenciers pléniers : 

Mark Morrisson, Professeur, Pennsylvania State University, Etats-Unis.

Faye Hammill, Professeur, University of Glasgow, Royaume-Uni.

 

 Comité scientifique:

 Hélène Aji

(Université Paris Nanterre)

 Cécile Cottenet

(Aix-Marseille Université)

 Faye Hammill

(University of Glasgow)

 Sean Latham

(University of Tulsa)

 Céline Mansanti

(Université de Picardie )

 Mark Morrisson

(Penn State University)

 Benoît Tadié

(Université Rennes 2)

 Anne Reynes-Delobel

(Aix-Marseille Université)

 Andrew Thacker

(Nottingham Trent University)

 

Comité d'organisation

Cécile Cottenet , Anne Reynes-Delobel , Frank Conesa 

(LERMA, Aix-Marseille Université)

 

 

Personnes connectées : 1